Publié le 03/12/2021

Data Driven ou Data Centric : ce que nous apprend la fable de La Fontaine

Tout le monde connait la fable de la Fontaine « La cigale et la fourmi ». Tout le monde entend parler de l’importance d’être Data Driven ou Data Centric. Mais quelle est la différence? Ce n’est pas si évident. Mais nous allons voir comment la fable de la Fontaine va nous aider.

Faut-il être Data Centric ou Data Driven?

Aujourd’hui toutes les sociétés de conseils en stratégie vous le disent « il faut être centré sur les données ». Et de fait, les entreprises accumulent beaucoup, beaucoup de données, et utilisent des algorithmes pour les interpréter et mieux piloter leur entreprise. Ces entreprises sont dites Data Driven, guidées par les données.

Mais être Data Driven, ce n’est pas la même chose que d’être Data Centric. Une organisation Data Centric place ses données au cœur de son organisation et la considère comme un actif clef. On peut être Data Driven sans être Data Centric mais pas l’inverse. Et la différence se traduit par une dette technique importante et un retard considérable dans la livraison des cas d’usages.

Alors parce que ce n’est pas si simple, pour vous l’expliquer, nous allons revenir sur cette célèbre fable de Jean De La Fontaine « la cigale et la fourmi ».

Nous fêtons cette année les 400 ans de la naissance du poète. La cigale et la fourni est la première fable du premier livre de la Fontaine, tout comme la stratégie data doit être la première préoccupation de votre entreprise.

De quoi parle la fable ?

Durant la période estivale, une fourmi commence à faire des provisions en vue du prochain hiver. De son côté une cigale, passe son temps à chanter, l’aperçoit et se moque d’elle. Mais le froid hivernal arrive et la cigale se retrouve sans provisions, sans « un seul petit morceau de mouche ou de vermisseau ». Elle demande alors de l’aide à la fourmi. La fable se termine par la cette chute où la fourmi répond à la cigale : « Vous chantiez ? j’en suis fort aise : Eh Bien ! dansez maintenant ! « .

 

Comment comprendre cette fable et quel lien avec la data ?

C’est tout d’abord une histoire de business. On y parle paiement, prêt, emprunt, saison nouvelle. Le 17e siècle voit arriver le mercantilisme de Colbert tout comme le 21e siècle a vu l’arrivée d’une économie orientée data et l’arrivée des architectures distribuées qui ont bouleversé le marché. La fourmi représente ici l’esprit rationnel de progrès, face à l’esprit baroque de la cigale.

La première morale de l’histoire serait donc qu’il faut donc travailler pour survivre et qu’on ne peut compter que sur soi. La fourmi est clairement DATA CENTRIC et la cigale n’a rien compris.

La seconde morale, plus subtile pose la question suivante : faut-il être comme la fourmi prévoyant et économe, mais en même temps égoïste et froid ? Ou bien être comme la cigale oisive mais généreuse par son chant qui profite à tous et à l’aise avec le changement ?

  • La fourmi est le stéréotype de la planification, la prévoyance, la mesure, et le stockage. Elle accumule les denrées, les stocke dans un gros entrepôt pour les réutiliser quand le besoin s’en fait sentir. On peut donc rapprocher la fourmi des architectures SI de type datalake, où l’on déverse toutes les données dans un entrepôt sans distinction de type et où l’on va en fonction d’une demande client créer des règles de métiers spécifiques pour la demande. A chaque demande des métiers sur la data, sa règle spécifique. C’est l’architecture « Data Driven ».
  • De l’autre côté, la cigale, insouciante distribue son art à tout le monde « nuit et jour je chantais » cherche quelque grain pour subsister jusqu’à la saison nouvelle. Une cigale tellement confiante, qu’elle sait déjà qu’elle va donc reproduire le même scenario l’année suivante. La cigale est comme les demandes métiers qui réclame des cas d’usages en permanence pour mieux aborder le marché : vision 360° client, prédiction de rendements, amélioration de la gestion des stock, meilleur ciblage marketing, etc… Elle veut des cas d’usages rapide. Elle est aussi « Data Driven ».

Alors il faut être Cigale ou Fourmi ?

Or les deux visions ne marchent pas ensemble. On ne peut pas à la fois délivrer des cas d’usages rapidement et ne pas créer de dette technique en même temps. Notre conviction chez JEMS, peut être comme Jean de La Fontaine c’est qu’il faut être les deux. Il faut être généreux et bon-vivant comme la cigale mais aussi être prévoyant et économe comme la fourmi.

Dans toute stratégie data, il faut pouvoir :

  • Utiliser les données pour piloter l’entreprise, être Data Driven
  • Mettre les données au cœur de l’entreprise, afin de générer des cas d’usages rapidement et sans créer de dette technique. Et là seul le modèle Data Centric permet de le faire.

Matthieu LENTZ – Directeur Marketing JEMS

Matthieu LENTZ

 

 

 

 

 

Plus d'articles

Pas d’hyperpersonnalisation sans une vision client à 360°

Pas d’hyperpersonnalisation sans une vision client à 360°

Pour les banques, l’hyperpersonnalisation devient autant une opportunité qu’une obligation dans un marché qui explose avec...

L’importance des projets associatifs

L’importance des projets associatifs

Comment partager les succès de l’entreprises autre que monétaire ? L’aspect sociétal est une demande forte des...

Renforcement du partenaire avec Google Cloud

Renforcement du partenaire avec Google Cloud

En 2019 JEMS commençait ses premières discussions avec Google Cloud pour intégrer les solutions GCP dans...

JEMS reçoit le label « Great Place to Work »

JEMS reçoit le label « Great Place to Work »

En octobre 2021, JEMS lance le projet d'être labellisé « Great Place To Work ».  En...

Notre engagement dans une démarche développement durable

Notre engagement dans une démarche développement durable

Chez JEMS, la volonté d'être un acteur engagé et responsable passe par nos engagements en matière...

JEMS lance sa nouvelle identité visuelle

JEMS lance sa nouvelle identité visuelle

Une marque se doit d'évoluer et de suivre son positionnement. En ce début 2022, nous sommes...